Total Gabon limite ses investissements pour sauvegarder les emplois

À l’échelle mondiale, les opérateurs pétroliers ont été durement touchés par la chute des prix du pétrole en raison de la faiblesse de la demande due aux confinements à travers le monde et au ralentissement de l’économie mondiale. Au Gabon, des opérateurs tels que Total Gabon, Assala Gabon, BW Energy et Panoro Energy ont annoncé une réduction de leurs investissements à venir en 2020.

« Au vu des prix actuels du pétrole, nous adoptons une approche encore plus sélective, en considérant la situation sanitaire et économique, tout en ayant à cœur de préserver l’entreprise et ses futurs projets. Nos investissements vont donc être réduits, parfois de manière significative “, a expliqué Stéphane Bassène, directeur général de Total Gabon dans un entretien au quotidien gabonais L’Union.

Selon lui, un prix du baril autour de 20 dollars pour plusieurs mois constituerait un défi majeur pour l’entreprise.

“Je pense qu’il y a peu de compagnies pétrolières au Gabon et ailleurs dans le monde qui seraient capables de supporter des prix aussi bas pendant plusieurs mois. Chez Total Gabon, nous nous attaquons à cette crise sans endettement, ce qui est plutôt favorable. Cela dit, nous sommes étant touchés tout aussi gravement et nous devons prendre toutes les mesures nécessaires pour résister et préserver l’entreprise “, a-t-il déclaré.

Malgré la morosité actuelle du secteur, la compagnie pétrolière n’envisage pas de licenciements pour le moment.

«Nous entretenons un dialogue constant et permanent avec les salariés et leurs représentants. Nous tenons deux réunions hebdomadaires avec les représentants du personnel. C’est une démarche que nous avons adoptée en cette période difficile, comme dans les périodes plus favorables, pour garder chacun mobilisé, dans un esprit de transparence et d’écoute. »

En tant que producteur historique en Afrique, avec le premier pétrole produit en 1956, le Gabon a connu un pic de production en 1997. 2020 est une année décisive dans l’histoire de la production pétrolière du Gabon. Douze licences d’exploration ont été signées lors du 12e cycle de licences du pays, qui est en cours et a offert un total de 35 blocs.