Le Gabon priorise le développement du gaz naturel

Le pétrole est le leader économique du Gabon depuis les premières exploitations pétrolières durant la première moitié du XXe siècle. Depuis quelques années, le gaz naturel prend une place de plus en plus importante grâce à quelques découvertes ainsi que le développement d’usines pétrochimiques et productrices de fertilisants.

Depuis 2013, la compagnie anglo-néerlandaise Shell, la française Total et l’italienne Eni ont annoncé des découvertes de gaz. En 2014, Shell annonce une découverte important du gaz naturel au sein du puits d’exploration Leopard-1.

Selon les statistiques de l’Agence Internationale de l’Énergie, le Gabon dispose de ressources en gaz proche de 28,3 milliards de mètres cubes, ce qui fait du Gabon un acteur important de l’export de gaz naturel liquéfié. Les ressources gabonaises en gaz sont principalement du gaz associé au pétrole, qui nécessitera une étape de traitement supplémentaire lors de son extraction.

Au cours des dernières années, deux méga-projets de gaz ont été lancé au Mozambique et au Sénégal. Le coût de production de cette ressource ayant baissé au cours de la dernière décennie grâce notamment aux avancées technologiques, le Gabon se retrouve dans une position favorable pour exploiter cette ressource.

En effet, le pays dispose d’une demande intérieure en énergie grandissante et l’expansion prévue des activités de fertilisants et pétrochimiques vont se traduire par une augmentation significative des besoins en gaz naturel, un carburant favorisé en vertu de la transition écologique.

En juillet 2019, Perenco Oil & Gas Gabon, opérateur historique au Gabon, a acquis la licence sur le champ Olowi, jusque-là détenu par la Canadian Natural Resources. L’accord prévoit de développer le potentiel gazier du champ qui représente environ 2,4 millions de mètres cubes de gaz naturel. Cet accord fut signé dans la lignée de la vision présidentielle qui souhaite que le torchage (pratique consistant à brûler une partie du gaz associé durant la production pétrolière) soit considérablement réduit.

Le développement du gaz naturel devient un enjeu majeur pour les pays africains à la demande énergétique en augmentation conjuguée à la pression internationale en ce qui concerne l’environnement. La Guinée Equatoriale, pays voisin, est en train de développer son projet de « Gas Megahub » consistant à créer des interconnexions et des synergies entre les différents pays de la région afin d’accélérer l’exploitation des ressources gazières.